Rencontre avec le requin Longimane

Le Requin longimane (Carcharhinus longimanus) aussi appelé Requin océanique, Aileron blanc du  large ou encore Requin pointes blanches du large, est une espèce  de grand requin pélagique vivant  dans les eaux profondes des océans tropicaux et les zones chaudes des océans tempérés.  C’est un requin très facile à reconnaître avec sa forme à la fois fusiforme et massive. Il possède de  très grandes nageoires pectorales et une première nageoire dorsale très haute.  

L’extrémité de ces trois nageoires  sont arrondies et de couleur blanc  nacré. Son corps est gris, bronze,  beige sur le dessus et blanc en  dessous. Il est très souvent escorté  de poissons pilotes  et de rémoras.  Sa longueur n'excède généralement  pas les trois mètres.   Le requin océanique est  épipélagique. On le trouve en pleine  mer dans toute la ceinture tropicale.  Il ne s’approche que rarement des  côtes, pour fréquenter les tombants  et les passes. Cette espèce préfère  les températures d’eau supérieure à  20°C et vit entre 0 et 180 mètres de  profondeur.

Son  statut  sur  la  liste  rouge  de   l'Union internationale  pour  la   conservation  de  la  nature  est     « vulnérable » mondialement et « en danger critique d'extinction » pour l'Atlantique nord-ouest et centre- ouest.

Le requin longimane est habituellement solitaire et  lent. Jusqu'au XVIe siècle, les marins  surnommaient les requins « chiens de mer ». Le  longimane est l'espèce de requin qui suit le plus  souvent les navires. Il manifeste alors un  comportement ressemblant à celui d'un chien  quand son intérêt est éveillé : lorsqu'il est attiré  par quelque chose qui semble être de la  nourriture, ses mouvements deviennent plus vifs.  Il s'en approchera alors, prudemment mais  obstinément, tout en restant sur ses gardes mais  aussi demeurant à l'affût. 

Opportuniste, il se nourrit de tous les poissons océaniques osseux (thons, barracudas, marlins) ou  cartilagineux  (raies, autres requins), de  calamars, de cadavres de baleine, de tortues ou même d’ordures.  Comme le requin tigre (Galeocerdo Cuvier), il fait office de "poubelle des mers”.  

Maraudeur de haute mer, la rareté de ses proies potentielles le pousse à attaquer sans préavis quand une  occasion se présente. Il domine les frénésies alimentaires et peut être un danger pour les survivants de  naufrages ou de crashs aériens. Les attaques sont cependant rares, car le requin longimane vit loin des côtes. 

Je vous laisse découvrir ces “temps de pose”, un peu particuliers...

Arrivée des requins longimanes, Bénédicte en ligne de mire de ces inquisiteurs des mers.

Tentative d'intimidation afin de  nous défier de sa taille avec ce  passage juste au dessus de nos  têtes. 

En l'état des connaissances actuelles, il est raisonnable de penser que les requins possèdent une vision  largement plus sensible aux différences de lumière et aux mouvements plutôt qu'aux couleurs. Le requin  longimane possède une troisième paupière, appelée membrane nictitante. Cette paupière a pour principale  fonction de protéger le globe oculaire au moment des attaques. 

Requin inquisiteur, le longimane au contact avec mes palmes... avant de s'éloigner.

Le commandant COUSTEAU a décrit le longimane, comme le requin le plus dangereux de tous. Peu d’attaques  d’hommes ont été officiellement rapportées, mais d’après les scientifiques, il serait pourtant le plus offensif, et  aurait attaqué nombre de naufragés. Toute perturbation dans l’eau le dérange...

Bénédicte, mon binôme ma conscience sous-marine.

"Go... go and see my love...

but always with me ! "

Le requin longimane et ses poissons pilotes (Naucrates ductor) protégés par leur compagnon de voyage : rares, en effet, sont les prédateurs qui se risqueraient à chasser près d'un requin.

Norbert le photographe, pose au terme de cette rencontre.

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Black Instagram Icon